top of page

Depuis des siècles, l'islam pose problème

«Nous savons que (ce) crime a été commis par des islamistes radicaux ayant une idéologie contre laquelle le monde islamique se bat lui-même depuis des siècles», a déclaré Vladimir Poutine le 25 mars 2024 après l’attentat dans une salle concert près de Moscou.   

Depuis des siècles… Quatorze exactement. Dès son apparition il y a mille quatre cents ans, l’islam n'a cessé d'être aux prises avec l’extrémisme, c’est-à-dire la violence, l’intolérance et autres traits problématiques d’une idéologie née d’un livre déclaré parfait.  

L’islam est apparu deux mille ans après le judaïsme, huit cents ans après le christianisme, dans une région en partie façonnée par eux. Les premiers musulmans vivaient dans un monde juif et chrétien, qu’ils rejetaient. Sinon, pourquoi inventer une nouvelle religion ? Ils avaient eu le temps d’observer le pouvoir galvanisant des deux monothéismes, et s’en sont largement inspirés tout en les désignant comme ennemis.  

Mais les fondateurs de l’islam ont pris soin de verrouiller toute possibilité de réforme pour éviter à tout jamais les déchirements qu’ils voyaient chez les religions concurrentes. Mesure la plus efficace : l’interdiction pure et simple de le quitter sous peine de mort. Une mort qui parfois n’est «que» sociale, mais un apostat n’est jamais à l’abri d’un croyant zélé.  

«Sans l’assassinat des apostats, l’islam n’existerait plus», selon l’influent prédicateur Yusuf A-Qaradawi qui disait incarner un islam du juste milieu.   

Sans cette obligation de rester musulman, l’islam serait forcé d’évoluer pour retenir ses fidèles. Mais toutes les tentatives pour l’amener vers plus d’humanisme ont échoué. Il a été conçu pour rester éternellement la religion d’un dieu implacable ayant les êtres humains pour esclaves : «Je n’ai créé les hommes et les djinns que pour qu’ils m’adorent» (Coran 51:56).




コメント


bottom of page